Sept tendances qui révèlent le futur du travail

  
0:00
-55:07

Notre premier podcast “À deux voix” 🎧 de la semaine est consacré à sept tendances qui révèlent le futur du travail. Pour la plupart, ces tendances se sont accélérées en cette année 2020.

Cela fait déjà presque 6 ans que Laetitia a fait du futur du travail son sujet d’étude principal et son activité professionnelle. La semaine dernière, dans sa newsletter Laetitia@Work, elle a dressé une liste des 7 tendances qui selon elle détermineront l’avenir du travail et des organisations.

Dans cet épisode “À deux voix”, je l’interroge sur ces tendances et nous discutons de chacune d’entre elles :

  1. Les travailleurs ont de plus en plus soif de feedback direct. Que l’on parle d’“artisanat” ou de “passion economy”, finalement, on parle toujours de la même chose : la remise en question de l’aliénation caractéristique du paradigme industriel et la disparition des contreparties qui la rendait acceptable. Dans le domaine des médias auquel nous nous rattachons, la soif de feedback direct s’incarne dans la montée de plateformes comme Substack qui remettent en question la toute-puissance des modèles de médias de masse existants.

  2. En matière de futur du travail, les femmes sont la nouvelle frontière. Elles sont majoritaires dans la plupart des métiers pour lesquels on cherchera à recruter des centaines de milliers (voire des millions) d’individus, par exemple les professeurs, les infirmières, ou les assistantes de vie à domicile qui aident les personnes âgées à mieux vivre chez elles. De plus, les soft skills qu’on dit incontournables dans le monde de demain sont historiquement associées aux femmes : l’empathie, l’écoute, la gestion des conflits, la culture d’entreprise.

  3. L’activisme transforme le monde du travail. L’année de l’assassinat de George Floyd est aussi celle de l’activisme au travail. Depuis quelques années, les activistes ont obtenu plus de transparence sur la (non-)représentation des minorités, sur les inégalités entre femmes et hommes, ou encore sur l’empreinte carbone d’une activité. Demain, l’activisme ne cessera de demander des comptes si rien ne bouge. Moins concernés par les formes traditionnelles de la vie politique et syndicale, les jeunes sont de plus en plus activistes.

  4. La désagrégation du contrat de labeur se poursuit : de nouveaux risques appellent de nouvelles protections. Ce que Laetitia appelle le “contrat de labeur”, c’est un contrat qui offrait des contreparties avantageuses (salaire, retraite, protection sociale, congés payés, syndicats forts…) aux travailleurs qui acceptaient l’aliénation. Or ces contreparties s’affaiblissent depuis plus de 40 ans. De nouvelles couvertures apparaissent comme nécessaires : pour se loger là où se trouvent les emplois, pour soutenir les transitions professionnelles…

  5. L’état d’esprit de l’immigré, tout le monde en aura besoin demain. Quitter son pays, recommencer à zéro, remettre en question son identité et ses acquis, apprendre l’humilité, parler plusieurs langues, communiquer avec des personnes d’une autre culture, et travailler dans les secteurs où il est difficile de recruter : les immigrés ont une longueur d’avance sur les autres dans un monde changeant fait d’incertitude. On parle volontiers de growth mindset. Pourquoi ne pas parler de immigrant mindset, surtout quand les migrations seront nombreuses demain ?

  6. La “vie en 3 phases”, c’est fini. Les changements démographiques transforment le monde du travail. Nous avons gagné 2-3 ans d’espérance de vie tous les 10 ans depuis 200 ans. Une grande longévité nous amène à repenser les institutions héritées du siècle passé. La “vie en 3 phases” (formation, travail, retraite) est remise en question parce qu’il n’est plus possible de travailler pendant 45 ans avec ce qu’on a appris au début de sa vie. Si nous vivons plus longtemps, il n’en va pas de même des entreprises, des compétences et des technologies.

  7. Le télétravail remet en question le management traditionnel. De nombreuses entreprises n’ont pas mené les transformations numérique et managériale nécessaires. Cette année de pandémie a montré que pour beaucoup de managers, il n’est pas toujours facile de faire confiance aux salariés que l’on ne peut pas surveiller. Les salariés voudraient de plus en plus de flexibilité dans la définition des horaires et du lieu de travail, tandis que leurs managers préfèrent l’unité de temps et de lieu. Le télétravail est devenu un puissant moteur de transformation.

Faites-nous vos feedbacks sur ces tendances et ce qu’elles évoquent pour vous ! 🤗


Nos podcasts gratuits sont également accessibles sur Apple Podcasts et Spotify. Nouveau Départ a sa page LinkedIn et son compte Twitter : @_NouveauDepart_. Suivez-nous aussi individuellement sur LinkedIn (Laetitia & Nicolas) et sur Twitter (Nicolas & Laetitia).



(Générique : Franz Liszt, Angelus ! Prière Aux Anges Gardiens—extrait du disque Miroirs de Jonas Vitaud, NoMadMusic.)