Oct 28, 2021 • 53M

Qui a peur des vieilles ?

Nouveau Départ | Interview | Marie Charrel

 
1.0×
0:00
-53:01
Open in playerListen on);
Le média de la crise et de la transition
Episode details
Comments

Bonjour ! Dans cette nouvelle saison (entièrement gratuite) de Nouveau Départ, nous poursuivons notre série d’interviews de personnalités remarquables avec celle de Marie Charrel, journaliste et romancière, dont un nouveau livre vient de paraître aux Éditions Les Pérégrines. Il s’agit d’un essai intitulé Qui a peur des vieilles ?

Marie Charrel est journaliste économique au Monde et romancière (6 romans publiés depuis 2010 !). Qui a peur des vieilles ? est son premier essai. Il se penche sur « le problème qu’a notre société avec les vieux en général et les vieilles en particulier. »

Invisibilisées et pénalisées, les « vieilles » sont pourtant l’avenir démographique et culturel de notre pays. Il y a plus de vieilles que de vieux. C’est pourquoi l’âge médian féminin (43,4 ans) est plus élevé que l’âge médian masculin (40,6 ans). C’est donc d’autant plus incroyable que certaines femmes se voient déjà qualifiées de senior à peine la quarantaine passée !

Mêlant citations, références historiques, analyses sociologiques et culturelles, Marie Charrel apporte un regard passionnant sur un sujet qui reste encore tabou. La vieillesse est-elle toujours un impensé du féminisme ? Pourquoi y a-t-il encore tant de stéréotypes sur la ménopause alors que d’autres tabous concernant le corps féminin (le clitoris et le plaisir féminin, les règles) semblent être enfin attaqués ? Pourquoi la ménopause inspire-t-elle tant de terreur chez celles qui s’en approchent ?

Si elles déplorent le fait d’être moins regardées, invisibilisées, mises de côté, beaucoup de femmes de plus de 50 ans rencontrées pour l’écriture de ce livre se réjouissent également d’être plus libres. Plus heureuses. Elles se connaissent mieux, font état de certitudes plus solides, ne regrettent rien du vacillement de leurs vingt ans. Certains hommes les ignorent désormais, mais bien souvent, elles sont plus sûres de leurs désirs et de leurs corps. (…) Et si l’invisibilité et la mise de côté des femmes mûres étaient, en vérité, la conséquence de cette liberté ? Mais qui donc a peur des vieilles ?

Dans la littérature médiévale, dans les contes, la vieille, que sa féminité rend déjà suspecte, est en général une créature maléfique. La misogynie de l’époque lui prête un visage hideux, elle est le monstre tendant la jeune innocente pour lui voler sa substance. On la chasse dans les campagnes, on la craint : elle est la sorcière vile et dangereuse. À la Renaissance, lorsque le culte du corps de la femme jeune est à son apogée dans les arts, la vieille femme inspire un dégoût d’autant plus profond.

L’histoire, écrite par les hommes, empreinte de stéréotypes, a sous-estimé la participation des femmes à la vie économique de la nation. Pire encore, les statistiques, dans lesquelles la notion de “profession” n’a été introduite qu’en 1851, les ont longtemps oubliées, tandis que le concept de population active ou inactive n’apparaît que très tard (…). Il en a résulté de nombreux biais : la femmes était tantôt classée sous la profession de son mari, comme les enfants, tantôt classée sans profession. (…) La prise en compte des femmes travaillant avec leur mari dans les commerces ou l’agriculture a toujours été compliquée.

Au fil de notre conversation, nous discutons avec Marie :

  • De la genèse de Qui a peur des vieilles ? et la place de l’écriture dans sa vie ;

  • De l’invisibilité des vieilles ;

  • De l’âgisme au travail ;

  • De l’argent que les vieilles n’ont pas (plus on monte en âge, plus les inégalités avec les hommes du même âge sont grandes) ;

  • Du corps des femmes et du dégoût qu’il semble inspirer ;

  • De la « fabrique de la ménopause » (titre du livre de Cécile Charlap) ;

  • De la place des vieilles dans les mouvements féministes ;

  • Du décalage entre le bonheur des vieilles et l’image qu’on en a ;

  • De la revanche des vieilles.

Diversité en entreprise : progrès ou pas progrès ? (interview de Caroline Chavier) 🎧

Femmes de 50 ans : invisibles dans les médias ? (interview de Sophie Dancourt) 🎧

La fabrique de la ménopause (note de lecture sur le livre de Cécile Charlap) 📚

En finir avec l’âgisme (interview de Andrew Scott) 🗞️

La femme préhistorique gagne à être connue (interview de Marylène Patou-Mathis) 🎧

Le foyer à l’épreuve de la longévité (conversation “À deux voix”) 🎧

Le média de la crise et de la transition

  • “À deux voix”, nos conversations à bâtons rompus sur l’actualité

  • Une vision engagée, des clefs pour aller au fond des choses

  • Nos abonnés : des entrepreneurs, professionnels, citoyens engagés

  • Des nouvelles de nos travaux et de nos projets

Je m'abonne 🤗

Qui nous sommes

Nous sommes mariés depuis plus de 14 ans et vivons à Munich, en Allemagne, avec nos deux enfants. Nouveau Départ est le média que nous avons conçu ensemble au printemps 2020 pour mieux nous orienter dans la crise et dans la transition.


Nos podcasts sont également accessibles sur Apple Podcasts et Spotify. Nouveau Départ a sa page LinkedIn et son compte Twitter : @_NouveauDepart_. Suivez-nous aussi individuellement sur LinkedIn (Laetitia & Nicolas) et sur Twitter (Nicolas & Laetitia).


(Photo : Audrey Dufer. Générique : Franz Liszt, Angelus ! Prière Aux Anges Gardiens—extrait du disque Miroirs de Jonas Vitaud, NoMadMusic.)